Au Pérou, un proverbe dit : « El que tiene de Inga tiene de Mandinga » (Tout péruvien a du sang indien ou africain).

La population péruvienne est multiculturelle. Durant les premières années de la conquête espagnole, le Pérou s’est construit sur l’exploitation des esclaves africains. Ils s’occupaient des travaux d’artisanats et d’agriculture. D’ailleurs, l’une des spécialité du pays, les « anticuchos » provient de cette période. En effet, ce plat se compose de cœur de bœuf. Il s’agit d’un des aliments que les grands propriétaires terriens réservaient à leurs esclaves. Mais la discrimination à l’égard de la communauté noire est très présente. Pourtant cette communauté a laissé un formidable patrimoine culturel au sein du pays.

Le chanteur afro-péruvien Nocomedes Santa Cruz.

Source : www.cancioneros.com

UN ARTISTE ENGAGE AU PÉROU

A cause du racisme ambiant, la culture afro-péruvienne a frôlé l’extinction. C’est le poète Nicomedes Santa Cruz qui a permis de faire revivre le folklore afro-péruvien dans les années 1950. C’est le premier artiste à aborder la négritude et à rappeler l’héritage des afro-péruviens dans l’histoire de ce pays au travers de ses « décimas » (poème de strophes de dix vers) comme le célèbre ’’Ritmos negros del Perú’’ qui évoque la traite négrière au Pérou. S’il commence d’abord par monter une compagnie de théâtre avec sa sœur Victoria Santa Cruz, s’ensuit des émissions de radios, de télévisions, mais aussi des collaborations avec différents quotidiens comme « Expresso » et « El Comercio », qui sont des quotidiens très connus au Pérou. En effet, au cours de sa riche carrière, il ne cesse de promouvoir le folklore afro-péruvien, comme par exemple avec son discours au premier Festival des arts noirs.

Fervent représentant de la communauté noire au Pérou, le jour de sa naissance est le « Dia de la afro Afroperuanidad ». Chaque année le 4 juin est synonyme de célébration de la Culture Afro-péruvienne en signe de reconnaissance.

Nicomedes Santa Cruz et sa sœur Victoria

source : www.tvrobles.lamula.pe

Ada Ondo Marina – Contributrice