Je m’appelle Scheena Donia, je suis Coach en image, spécialisée dans le relooking. J’accompagne des hommes et des femmes désireux d’améliorer leur image pour booster leurs carrières et vies personnelles. Je tiens également un blog www.lesconseilsescheena.com sur lequel je parle de mode, de beauté, de ma vie de maman et de toutes mes autres passions.

J’associe l’Afrique à ma mère, c’est l’équivalent d’une figure maternelle qui m’a tout transmis: l’amour de la famille, le caractère sacré des aînés, le goût de la cuisine, le choix des mots juste… C’est l’endroit où je me sens le plus chez moi, où je ne me gêne jamais d’être. 

Diriez-vous que ce lien que vous entretenez avec ce continent influence votre vie ? Votre travail ? (Mode vie, gastronomie, goûts, profession)

Bien sûr ! Il n’y à qu’à parcourir mon blog pour croiser l’Afrique à tous les coins de pages : dans les tissus que je porte, dans la cuisine dont je parle, dans les créateurs qui m’habillent, dans mes coiffures… Ma clientèle et mon lectorat sont d’ailleurs essentiellement d’origines Africaines. Ayant grandi en Afrique, j’ai l’impression de mieux comprendre les problèmes de peau, de cheveux ou de morphologie d’une femme noire.

Cet attachement profond à l’Afrique est-ce un héritage de vos parents ? Fait-il partie aujourd’hui d’un héritage que vous souhaitez léguer à votre descendance ou entourage?

Oh oui ! Pour commencer, je n’ai appris le français qu’à l’école primaire car à la maison nous ne parlions essentiellement que le Fang, ma langue maternelle. J’ai donc appris à penser, à raisonner en Fang et d’ailleurs, je continue parfois de formuler mes phrases de manière assez… Fang ! J’ai ensuite quitté l’Afrique à 18 ans pour la France puis les USA, le temps de mes études supérieures. Puis j’y suis retournée après l’obtention de mon diplôme pour travailler. Mes enfants y sont nés, ma famille y vit, mes amis, toutes mes racines sont là-bas. Aujourd’hui je vis à Paris et je me fais un plaisir de devenir une vraie parisienne et découvrir toutes les merveilles que cette ville peut offrir mais mon cœur reste auprès de ma famille au Gabon. Mes enfants également ont leurs plus beaux souvenirs là-bas même si nous en construisons d’autres ici. Et pour ne pas perdre le lien, nous appelons régulièrement la famille. Je m’efforce aussi de parler à mes enfants en Fang même s’ils ne comprennent pas toujours tout. Certains soir, je raconte des contes appris de ma grand-mère à mes plus jeunes enfants. Il y a toujours des chants dont ils doivent reprendre le refrain et c’est leur partie préférée (même s’ils n’en comprennent pas les paroles). Enfin, nous mangeons africain à la moindre occasion. Le marché de Barbès me réchauffe le cœur dans les moments de spleen : quelques légumes, du poisson fumé, des atangas et du top ananas pour le dîner et le moral remonte en flèche. Même à Noël nous avons accompagné la dinde avec des feuilles de manioc et du poisson salé ! C’est vous dire à quel point nous avons l’Afrique dans la peau.

Ressentez-vous le besoin de découvrir ou de retourner en terres africaines et partager avec votre descendance ou vos proches le souvenir ou l’expérience d’une terre qui vous colle à la peau comme une « empreinte » ?

Ah mais j’y vais à la moindre occasion. J’ai la chance de m’y rendre régulièrement pour le travail. J’en profite pour voir la famille, mes amies d’enfance et surtout pour faire le plein de nourriture.

Scheena DONIA