Mário Macilau: Le Success Story d’un photographe engagé

14390975_574150076120770_4419156535054141812_n

Le Mozambicain Mário Macilau est un photographe reconnu à l’internationale. Ses photos uniques circulent dans le monde entier. A travers son art, il montre au monde sa réalité sur le plan socio-économique et environnementale.

Le Parcours d’un enfant de rue

Mário Macilau est né dans la ville de Maputo au Mozambique dans une famille relativement pauvre. En effet pendant la guerre civile en Mozambique, sa famille a connu une situation financière particulièrement difficile. Ainsi à l’âge de dix ans, il a été obligé d’aider sa famille en partant travailler dans un marché notamment comme porteur de courses et laveur de voiture. Cette partie de sa vie a été très marquante puisqu’on le retrouve encore aujourd’hui dans son travail de photographe.

_85350685_1

Le Photographe

Il a finalement commencé son parcours de photographie à l’âge de 14 ans, quand il a eu la chance de pouvoir emprunter la caméra d’un ami : il est devenu photographe autodidacte. En 2007, il a acquis sa première caméra. Il a échange le portable que sa mère lui avait donné pour l’avoir. C’est le début de sa carrière professionnelle. Par la suite, il voyage au Canada pour un échange et donne des cours de photographie. Il arrive à organiser une exhibition solo, plusieurs d’autres suivront dans son pays natal et ailleurs. Il sera ensuite primé et participera à des expositions en groupe comme Biennale of African Photography in Bamako, Mali 2011 et The African Art Auction in London, England,  2013 .  Ses photographies ont été exposées dans des galeries aux États-Unis, au Portugal et dans plusieurs pays africains. Macilau est l’initiateur du International Maputo Foto Festival (Mafoto).

Par ailleurs, l’ensemble de son oeuvre est très engagé : cela aborde des problèmes de sociétés, que ce soit politique, culturelle ou sociale. Il cherche par son travail à mettre en avant les transformations radicales de l’Homme dans l’espace et dans le temps. Ses projets à long terme témoignent des conditions de vie de personnes exclues de la société dont il a gagné la confiance. Sa photographie fait hommage aux fantômes de la société. Par cet effet, son expérience comme enfant de rue explique sa mode de vie non-conventionnelle, dans laquelle il cherche à communiquer par la photographier son expérience avec l’avidité des hommes et leur misère.

Un Finaliste du Green Peace Photo Award

A l’occasion du prix Green Peace Photo, il propose de montrer par photos, les conditions environnementales de son pays et les personnes qui y vivent. Sa série de photographies « sous le signe du Profit » illustre parfaitement son objectif artistique et cela plait puisqu’il est nominé comme l’un des finalistes du concours. Cette photographie de la décharge de Maputo est accompagnée de cet extrait de texte :

 » Cette décharge sert de lieu de vie et de travail à nombre de personnes marginalisées. Les déchets – en particulier les déchets électroniques – constituent le moyen de subsistance de ces travailleurs qui mettent le feu à des pneus pour récupérer les métaux précieux des cartes de circuits imprimés avant de les revendre. Des métaux lourds contaminent les sols, tandis que des fumées toxiques polluent l’environnement et menacent la santé des travailleurs. Le photographe Mário Macilau poursuivra son travail sur la décharge de Hulene et accompagnera pendant plusieurs mois la vie quotidienne des personnes qui y travaillent. Ses photographies visent à montrer au consommateur les conséquences de leur soif de nouveaux gadgets électroniques. Le cycle de vie des produits électroniques est présenté comme un cycle qui va de la maladie à la mort… » (Pour lire plus)

The Municipal open-pit dumpsite in Hulene, Maputo, is over forty years old. After Mozambique gained independence the dumpsite became a significant source of income for people without other prospects. There, you can find more than two thousand people living and working. Some of the population are making a living out of e-waste - separating and selling recyclable goods such as TVs, computers, tablets and mobiles - and some are simply living from whatever they find to be edible or useable. The dump is located seven kilometres from downtown Maputo, the capital of Mozambique and its largest city. There is no treatment or processing of garbage at the Hulene dump, and it is the sole destination for the garbage that the city produces. Waste-burning has been going on continuously in the dumpsite for over twenty years, a serious public health hazard, in particular to those who are surviving there.

La décharge de Maputo.

A young boy is playing behind a discarded TV frame at the Hulene dump in Maputo. Many electronic items are sent to the dump every day, and the people who live and work on the site recycle them for reuse and resale on the black market. They also have to navigate the huge number of items which will not see reuse. There is limited regulatory oversight on e-waste processing in Mozambique, and e-waste is causing serious health and pollution problems in the area.

 

Malgré la renommée, Mário Macilau n’oublie pas pour autant ses racines. Basé à Maputo, il continue à nous faire découvrir son quotidien par sa photographie engagée.

Découvrez quelques-unes de ses photos.

14333120_573509526184825_3652702841953435906_n 14370374_573509576184820_2416277551082885833_n 14370374_573509782851466_4848682081966569647_n 14355567_573509519518159_2679557744876448380_n 14440865_573509602851484_2803121772310322008_n  14446054_573509696184808_2188287830994596212_n 14358649_573509629518148_2118666558731164391_n 14358971_573509546184823_5986089311055011969_n

Credits : Màrio Macilau Facebook
Visitez son site pour plus d’informations.