1907, territoire indien, Oklahoma (États-Unis)

Simultanément à la création officielle de l’État de l’Oklahoma, les habitants du territoire se voient attribuer une parcelle de terre. Adultes et enfants de toutes origines ont droit à leur part, et c’est le cas d’une fillette de 4 ans, Sarah.

Bien sûr, la répartition se fait selon le statut social, et en tant qu’esclave Sarah devient propriétaire de terres arides et infertiles. Ses parents essaient par tous les moyens de monnayer ce bien alors inexploitable qui coûte en taxes et impôts, mais la législation interdit la vente des parcelles des mineurs.

 

1910, ville de Twin, Oklahoma (États-Unis)

Un foreur indépendant découvre un puit de pétrole sur la parcelle de Sarah. Le début de sa fortune. Un véritable engouement médiatique se crée, les journaux parlent de “la famille noire la plus riche du monde”. La National Association for the Advancement of Colored People (NAACP) s’intéresse à l’affaire et la soutient face à d’éventuels escros comme il était courant d’en rencontrer à l’époque dans les plaines riches en or noir.

Grâce au professeur Booker T. Washington, qui a créé une école destinée à former les populations afro-descendantes au métier d’enseignant, la jeune fille reçoit une éducation et les moyens de gérer ses biens avec intelligence.

 

1921, Kansas City, Missouri (États-Unis)

À seulement 18 ans, Sarah est millionnaire. Elle s’installe avec sa famille à Kansas City, où elle vit paisiblement dans l’un des plus beaux manoirs de la région. Elle se marie deux fois après avoir écarté les nombreuses demandes intéressées qui lui parvenaient même depuis l’Europe. Elle meurt en 1967 à l’âge de 65 ans et est enterrée dans sa ville natale.

 

Amélia Soria- contributrice