En tant qu’être humain, il y a des questions existentielles que nous nous posons chaque jour et ceci dès l’enfance. Toutefois, en tant que noire, ces questions peuvent doubler notamment lorsqu’on vit dans un environnement caucasien.

« Quand un autre s’acharne à me prouver que les Noirs sont aussi intelligents que les Blancs, je dis : l’intelligence non plus n’a jamais sauvé personne, et cela est vrai, car si c’est au nom de l’intelligence et de la philosophie que l’on proclame l’égalité des hommes, c’est en leur nom aussi qu’on décide de leur extermination. »

Ainsi, aujourd’hui, je vais vous parler du livre Peau noire, masques blancs de l’auteur Frantz Fanon. Ce célèbre livre de l’auteur a été publié en 1952 par l’édition Esprit puis réédité par l’édition Seuil dans la collection Points. A sa première parution, le livre a été durement critiqué car les consciences n’étaient pas prêtes à accepter cette vérité : les noires ont subi une très grande violence mentale allant jusqu’à perturber leurs développements morale et mentale. En effet, le livre commence par une citation d’Aimé Césaire :« Je parle de millions d’hommes à qui on a inculqué savamment la peur, le complexe d’infériorité, le tremblement, l’agenouillement, le désespoir, le larbinisme.»

Frantz Fanon est un psychiatre et essayiste, né en 1925 et est mort en 1961. Ancien élève de Aimé Césaire puis son ami.  D’ailleurs ce livre Peau noire, masques blancs est un essai, une réflexion sur les conséquences psychologiques de la colonisation sur le « colonisé » et le colon. Au sein de son livre, il soulève de nombreux faits de son époque à savoir les attitudes que les noires et blancs peuvent avoir entre eux, les significations des cauchemars des enfants apeurés, les comportements et réactions des noirs entre eux.

L’analyse que Frantz Fanon réalise dans son livre, nous démontre d’une part que le problème d’aliénation de la population noire est bien plus profond que ce qu’on peut penser. Car les exemples qu’il utilise pour illustrer ses arguments sont encore aujourd’hui d’actualité ; d’ailleurs, il analyse l’origine du terme « negrophobie » et explique dans son essai, quels sont les conséquences de la langue sur l’évolution psychiatrique et psychologique de tout individu peu importe son parcours culturel.

A la lecture de ce livre, Peau noire, Masques blancs, vous aurez une réelle prise de conscience des conséquences de la colonisation sur l’intelligence négrière. En effet, l’auteur donne des conseils afin de ne plus être sur l’emprise de l’influence de la colonisation.

Vous pouvez trouver ce livre à la FNAC pour un coût de 8€30 en format poche.

AfroBookLover

Claire Kouang Grognet