VNH Gallery est heureuse d’accueillir Pascale Marthine Tayou. L’artiste investit la galerie en phase de reconstruction. Dans cet espace chargé d’histoire et d’expériences artistiques à réinventer, l’exposition tient lieu de transition ritualisée, conçue comme un parcours de l’entrée jusqu’à « la grotte de gri-gri ».

Première exposition de l’artiste camerounais Pascale Marthine Tayou à Paris. Un nom peu commun qui prête à confusion, Homme? Femme? Justement, au début de sa carrière, Pascal Marthine Tayou prend un double nom au féminin : Pascal (e) Marthin (e). Il se distancie ainsi ironiquement de l’idée d’artiste démiurge, de la catégorisation homme / femme et de toute limitation géographique ou culturelle. Ses oeuvres construisent des ponts entre les civilisations. L’artiste se sent libre ainsi d’aborder des sujets tabous comme l’homosexualité, et le sexe. Renvoi indéniable vers les sociétés africaines? Peut-être. Cependant, l’artiste les sublime à merveille avec ces poupées en cristal dont la posture héroïque avec leur sexe en érection sculpte notre visage d’un sourire. Pascale Marthine Tayou s’inscrit dans la lignée des artistes anonymes d’art tribal africain, dans lequel sexe, culte, divinités et fertilité sont abordés sans tabous. Comme pour nous révéler les liens ambigus entre l’homme et la nature. Ses oeuvres soulignent surtout que ces différentes relations sont le fruit de constructions sociales, culturelles et politiques.

Son Oeuvre est délibérément mobile, insaisissable, hétérogène et loin des schémas préétablis. Il est toujours étroitement lié à l’idée du voyage et du contact avec l’autre et il est si spontané qu’il semble presque désinvolte. Les créations de Tayou ont toutes une caractéristique commune : elles mettent en scène l’image de l’homme qui se déplace à travers le monde et qui explore la question du village global. C’est dans ce contexte que Tayou aborde ses origines africaines et les questionnements qu’elles engendrent.

L’artiste a eu carte blanche dans cet espace grandiose qu’est la galerie VNH et il s’est fait plaisir on le ressent. Il jouit d’une extrême liberté qui nous est transmise par contagion après visite de cette exposition. En sortant de là, on se sent libre, libre de parcourir le monde, de s’exprimer et de communier avec la nature et l’espace. Un énorme MERCI pour ce passage à Paris.

 

Coup de coeur:

– L’Arbre de Vie. Grandiose!

– Les masque en cristal. Un travail minutieux de masques d’Art tribal en cristal exécutés en Italie. . Un plaisir pour les yeux pour des fans de masques africains comme nous!

– Les Fresques de craies et de charbon. Un travail grandiose avec une maitrise infinie.

L’exposition est à découvrir jusqu’au 20 juin! Ne la manquez pas!

 

Plus d’infos:

www.vnhgallery.com

Crédits photos: Galerie VNH