Le Louvre c’est un musée qu’on croit connaître et pourtant il est toujours très facile de s’y perde. J’y suis venue enfant dans un cadre scolaire, sans vraiment en comprendre la portée significative. Adulte j’y suis venue pour accompagner des amis étrangers et jouer les « guides » mais en y apportant une simple introduction. Ce musée est immense et il très facile de s’y perdre…73000 m3 répartis en huit départements : Antiquités égyptiennes, Antiquités grecques, étrusques et romaines, Antiquités orientales, département des Arts de l’Islam, départements des Peintures, département des Sculptures, département des Œuvres d’Art, département des Arts graphiques. Autrefois ancienne résidence des rois de France, ce sont aujourd’hui 35 000 œuvres d’art qui ont élu domicile dans cet ancien palais royal. Ce sont aujourd’hui elles les reines et stars de la « Cour ». Alors avec ce choix immense, il faut bien se décider sur un, car ne pensez même pas une seconde pouvoir tout faire le même jour. Même pour découvrir un département, une journée n’est pas suffisante. Bref, pour moi ce fut le département des Antiquités égyptiennes. Logique, je parle de l’Afrique à Paris sur Little Africa ! 🙂
Alors, le temps de quelques heures, j’ai effectué une escale en terre africaine égyptienne. Un lieu magique et exceptionnel qu’il ne sert à rien de voir si on n’en comprend rien. Heureusement, j’ai eu la chance d’être accompagnée par Ranefer. Vous ne le connaissez pas encore mais retenez bien son nom. Cet étudiant en égyptologie a su satisfaire mon appétit en compréhension de l’antiquité égyptienne. Il voue une passion certaine et profonde pour l’histoire, et il a des références nombreuses avec preuves à l’appui : Empire Akkad, Gudea, les figures célèbres d’Osiris et Isis, Akhenaton, le Livre des Morts, qui en passant présente de nombreuses similitudes avec le best seller de tous les temps : la Bible. Grâce à lui, j’ai vu des figures sans doute devant lesquelles je serai passée en jetant un rapide coup d’œil, ou alors que je n’aurai pas trouvé. C’est le cas par exemple avec cette momie d’homme située en salle 15 de l’aile Sully. Authentique et très bien conservée, elle est le témoignage de la place des rites funéraires dans les sociétés égyptiennes et du degré de leur connaissance et technicité. Un moment solennel devant cette momie qui vibre, une vibration qui vous effleure la peau. Et que dire du zodiaque de Dendérah dont l’original se trouve au Louvre et une copie en Egypte ; de la déesse Chatte Bastet, déesse de la douceur, de la joie, et protectrice de l’humanité mais aussi tantôt lionne (Sekmet) ; ou encore de ce détail (gros détail) à savoir que dans les représentations égyptiennes (sculptures ou peintures), la peau des femmes est peinte en jaune, et les hommes en rouge. Le jaune est le symbole de l’or, du soleil, la couleur des dieux. La femme est au rang des dieux car elle donne la vie.Certainement la chose qui m’a le plus marqué durant cette petite visite au Musée. De plus, ces femmes disposaient déjà de tout à cette époque pour leur bien être et leur beauté : peigne, perruques, pince à épiler…un constat qui donne tout son sens à la maxime « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » de Antoine Lavoisier.
Je ne saurait que trop vous recommander de courir découvrir tout ce trésor d’antiquité, patrimoine matériel africain de plusieurs millénaires, qui se trouve à quelques mètres de chez vous ? Et si en plus vous avez la chance comme moi de faire une visite guidée, c’est que vous avez gagné un moment magique et inoubliable. Pour moi, c’était avec Ranefer, un futur guide qui saura vous transmettre sa passion pour l’Egypte et pourquoi pas aussi quelques mots d’hiéroglyphes ! Ah oui, j’avais oublié de vous le dire, il parle la langue des anciens!!

Jacqueline NGO MPII

Plus d’infos :
http://www.louvre.fr

S’y rendre :
En métro : lignes 1 station Palais-Royal/musée du Louvre
En bus : bus n° 21,24,27,39,48,68,69,72,81,95