Cokwui Enwezor (Directeur de la 56eme biennale de Venise) curateur de l’exposition MAKING AFRICA nous propose une version positive et très moderne du continent Africain. Sa vision de l’art africain détonne avec le côté artisanal dans lequel on le restreint si souvent à sa dimension la plus primitive.

 Cyarus Kabiru

En rentrant dans la première salle d’exposition, nous sommes tout de suite interpellés par cette phrase « Tant que les lions n’auront pas leurs propres historiens, l’histoire de la chasse glorifiera toujours le chasseur » (Chinua Achebe). Nous nous retournons et sommes confrontés aux lunettes de Cyarus Kabiru. Seraient-elles là pour nous inviter à avoir une nouvelle perspective de la réalité africaine ? Les pochettes d’ Ikiré Jones nous demandent de replacer l’Homme Noir  dans l’Histoire. Nous comprenons alors clairement le but de cette exposition. Des artistes contemporains vont nous présenter leur Afrique, Notre Afrique :  moderne, énergique, explosive économiquement, socialement et culturellement parlant. On met de côté les conflits politiques et la pauvreté ambiante pour explorer une Afrique en plein essor.

 L’Afrique moderne

Nous enchainons excités et impatients de découvrir la deuxième salle : We and I. Elle présente un continent avec une forte personnalité culturelle, à l’image de ses sapeurs  (SAPE d’Hector Mediavilla), la coiffure (Hair Styles de J.D Okhai Ojeike) , la musique (Awesme tapes from Africa de Brian Shimkovitz), la Mode (Jewel By Lisa). L’Afrique est haute en couleurs nous rappelle Omar Victor Diop dans The Studio of Vanities. Ces Arts, ces cultures se transmettent au delà des frontières grâce à l’intervention du Net, via Youtube ou des blogs (Malibongwe Tyilo).

L’Afrique urbaine

La troisième salle, moins festive, appelle à la conscience de tous les africains. Le continent s’interroge sur les questions environnementales : le  recyclage, la protection de l’environnement (pollution déchets). Nous nous attardons sur les magnifiques clichés réalisés par Monteiro dans sa trilogie The Prophecy.  L’aménagement des territoires et l’architecture (gratte ciel Ponte City d’Afrique du Sud) sont également des priorités. Je m’extasie devant la ville « Jua Kali City » qui caractérise les liens étroits existants entre l’économie informelle et formelle, des grandes agglomérations africaines.

 Enfin il est tant d’aborder le futur, dernier détour de notre visite. Cette dernière phase, nous invite à puiser dans nos racines, nos origines pour écrire une nouvelle histoire, une nouvelle évolution. A l’image des oeuvres du formidable Yinka Ilori, qui décompose des composants d’origines (chaises par exemple) pour leur donner une toute nouvelle fonction, un chandelier esthétique.

 Cette visite est l’un des plus beaux voyages qui m’a été donné de réaliser dans le monde contemporain africain. Nous oublions masques et objets artisanaux de l’ancien temps pour découvrir un vivier d’oeuvres contemporaines à notre image et répondant à nos réelles préoccupations actuelles. Un grand merci à VITRA DESIGN de nous avoir donné cette magnifique perspective fraiche et neuve du design contemporain africain. « MAKING AFRICA » c’est l’Afrique en avant (Africa forward)

A voir de toute urgence !

Mélanie Ogbaletcontributrice Little Africa

Plus d’infos:

MAKING AFRICA, a Continent of Contemporain Design – 14 mars au 13 septembre 2015

Vitra Design Museum
Charles-Eames-Str. 2
D-79576 Weil am Rhein

Allemagne
T +49.7621.702.3200