« L’histoire de l’Afrique, c’est d’abord à Paris que je la découvre »

 

Nouvelle découverte dans notre exploration de cette Afrique hors frontières que nous nous sommes donné pour mission de vous faire découvrir: l’existence du livre intitulé « L’image du Noir dans l’Art occidental » /The Image of the Black in Western Art. On y découvre une série d’ouvrages co-édités par David Bindam et Henry Louis Gates J qui démontre que depuis l’Antiquité classique, les africains ont toujours été présents en Europe. Une cohabitation qui ne date pas d’hier comme nous ne cessons de démontrer chaque jour à travers nos diverses initiatives entreprises. L’Afrique est présente en Europe…
Un des moyens les plus simples de s’en rendre compte est de vous rendre dans les musées occidentaux.  De Paris à Londres, Bruxelles, ou Lisbonne, Rotterdam ou Amsterdam, les anciennes puissances coloniales ont chacune conservés des vestiges de leurs butins (issus des colonies et zoos humains, d’acquisitions privées) tout en mettant en exergue l’histoire qui les liait aux nations africaines à travers le regard de plusieurs artistes pour lesquels l’Afrique, représentait parfois un fantasme, une terre d’aventure et d’exotisme.

Nous vous avons déjà parlé de beaucoup de musées parisiens (Louvre, Quai Branly, Dapper, Cité Immigration). Cependant, il y en a beaucoup d’autres dans lesquels on ne s’imaginerait pas y trouver d’oeuvres ou de représentations de l’Afrique. C’est le cas par exemple, des multiples musées situées sur la côte atlantique française, au sein de villes qui étaient autrefois des ports négriers: le Havre, Saint-Malo, Nantes, Lorient, La Rochelle, Bordeaux (à redécouvrir ici). Il n’ y a donc pas de hasard…

Portrait de Dominique Deurbroucq avec un esclave noir, 1753 Portrait de Marguerite Deurbroucq, née Sengstack, avec une esclave noire, 1753 Pierre-Bernard Morlot (1760-1780) © Château des ducs de Bretagne - musée d'histoire de Nantes, André Bocquel.

Portrait de Dominique Deurbroucq avec un esclave noir, 1753 // Portrait de Marguerite Deurbroucq, née Sengstack, avec une esclave noire, 1753. Pierre-Bernard Morlot (1760-1780) – © Château des ducs de Bretagne – musée d’histoire de Nantes, André Bocquel.

Notre métier de guide, nous offre la chance de parcourir ces lieux et nous partageons avec vous ici quelques une de nos découvertes. Notre dernière visite au Musée d’Orsay​, nous a permis de découvrir une salle que jusque là nous n’avions encore jamais remarquée.

La salle « Orientalisme »

Le Musée d’Orsay, musée dédié à l’impressionnisme, un courant artistique qui a fait de nombreux adeptes fin XIXème et début du XXème siècle. Un mouvement artistique dont les célèbres peintres tels que Van Gogh, Cézanne, Claude Monet, Manet, Renoir et tant d’autres en feront parti. Au XIXème siècle, l’Afrique du Nord et la Palestine font rêver toute l’Europe. Les artistes contemporains de cette époque reformulent leur rapport à l’Autre, dans un style qui leur est propre, des images forgées au gré des fantasmes et des aventures de voyageurs. L’Orientalisme ici n’est pas une aire géographique. La représentation de l’Algérie domine les tableaux de cette salle particulière située au rez-de-chaussée gauche du Musée. Le Harem*, les pratiques religieuses, sont autant de thèmes abordés dans cette salle.

Découvrez ci-dessous notre tour d’horizon en photos.

Vous êtes vous aussi invités à vous rendre au sein de ces divers musées pour vivre propre « Little Experience « .

Voilà pour cette première partie, car oui il y en aura beaucoup d’autres ! Nous partons maintenant à la recherche de ce fameux livre ou plutôt de ces tomes que nous ne désespérons pas trouver en France, si vous avez des pistes, n’hésitez pas !

 

Pierre

Pierre Puvis de Chavannes – Jeune noir à l’épée, 1850. © Musée d’Orsay, salle orientalisme

Edouart Manet, Olympia, 1863, Paris. © Musée d'Orsay

Edouart Manet, Olympia, 1863, Paris. © Musée d’Orsay

 

Charles Cordier, "Nègre du Soudan". © Musée d'Orsay

Charles Cordier, « Capresse des colonies ». © Musée d’Orsay, hall principal

 

IMG_3082

Charles Cordier, « Nègre du Soudan ». © Musée d’Orsay, hall principal

Votre visite au Musée d’Orsay:

1 Rue de la Légion d’Honneur, 75007 Paris

 

Jacqueline NGO MPII