Le neuvième anniversaire de la mort de Michael Jackson, roi de la pop, le 25 juin, est l’occasion de se rappeler que le chanteur est devenu l’une des personnalités culturelles les plus représentées dans l’art visuel.

 

Roi de la pop

 

« Portrait Équestre de Philippe II » est une oeuvre de Kehinde Wiley commandée par Michael Jackson après qu’il ait vu son travail au Brooklyn Museum of Art. C’est le dernier tableau de l’artiste, peint, à sa demande en 2009, mais qu’il n’a malheureusement jamais pu voir. Il mesure 3,51 m sur 3,10 m. Le tableau se nomme, ainsi car le peintre s’est inspiré du portrait du même nom, peint en l’honneur du roi d’Espagne par Pierre Paul Rubens (1577-1640).

Roi de la pop

Source : www.onmjfootsteps.com

PEINTURES  SANS HISTOIRE

Kehinde Wiley est né en 1977 à Los Angeles, d’un père Yoruba du Nigéria et d’une mère afro-américaine. Son style se caractérise par la volonté de replacer l’homme noir au cœur de l’Histoire. Ainsi, le peintre reprend de grands classiques de l’Histoire de l’art qu’il recompose avec des personnages afro-américains imprégnés de culture hip-hop. En 2018, il réalise le portrait de l’ancien président des États-Unis Barack Obama, exposé à la National Portrait Gallery de Washington. 

Source : www.alighieridante.fr/

L’oeuvre du peintre fait partie de l’exposition phare «Michael Jackson: On the Wall» qui se dérouleà la National Portrait Gallery de Londres du 28 juin au  21 juin 2018. L’exposition – en référence à l’album « Off the wall » de 1979 – explore son héritage et son influence durable sur les grands noms de l’art contemporain, couvrant plusieurs générations d’artistes à travers tous les médias. Peintures, photographies, sculptures, vidéos et œuvres d’art, l’événement accueille les œuvres de 48 artistes, d’Andy Warhol, le premier à représenter le chanteur américain en 1984, à l’Allemande Isa Genzken, David LaChapelle, Yan Pei Ming ou Graham Dolphin. L’exposition compte 14 salles, chacune décrivant une facette du chanteur. Après Londres, l’exposition sera présentée au Grand Palais à Paris entre novembre 2018 à février 2019, au Bundeskunsthalle de Bonn entre mars et juillet 2019 avant de s’installer au musée d’art moderne d’Espoo, en Finlande, entre août et décembre 2020.

 Marina Ada Ondo – Contributrice