TOURISME

Lancée en 2004, la « Route des abolitions de l’esclavage », s’inscrit dans le projet international de « la Route de l’esclave » soutenu par l’O.N.U. et l’UNESCO sur le devoir de mémoire et se veut être la déclinaison de la Loi du 10 mai 2001 adoptée par la France tendant « à la reconnaissance de la traite négrière et de l’esclavage comme crime contre l’humanité »

Les habitants de Champagney refusaient l’idée de la condition d’esclave et ne voyait pas la couleur de l’homme Noir. Dans le nègre il ne reconnaissait qu’un être humain, un semblable à leur égal.

Grégoire, ce fervent catholique qui prônera l’Egalité des Droits, nous rappellera aussi aux Devoirs des Citoyens.

Avec Louverture, se pose dans toute sa complexité et sa modernité, la problématique de la société multiculturelle.

A Mana, Anne-Marie Javouhey initie la première société d’esclaves libres.

Enfin, Schoelcher nous apprend que la véritable émancipation, passe au-delà de l’enlèvement des fers et des chaînes, par l’instruction et l’intégration économique.

Tous, paysans analphabètes, nègre esclave, homme d’église ou grand bourgeois athée et franc-maçon, ils se sont réunis autour DU COMBAT POUR LA DIGNITE DE L’HOMME, DE TOUS LES HOMMES.

Du XV au XIXème siècle, la traître négrière et l’esclavage, première forme de mondialisation de l’histoire ont broyé plus de 20 millions d’africains. Cet épisode, par son coût humain, par l’idéologie qui l’a justifié et par l’envergure des destructions économiques, sociales et culturelles engendrées, est qualifié aujourd’hui de crime contre l’humanité.

Les anonymes de Champagney, le curé Grégoire, l’insurgé Toussaint Louverture, l’obstinée Soeur Javouhey et le Sénateur républicain Schoelcher se sont transmis le flambeau de la justice et de la liberté.
Ils nous ont montré le chemin. Leur chemin se poursuit aujourd’hui dans cette « Route des abolitions de l’esclavage et des Droits de l’Homme» qui honore leurs mémoires et nous invite à transmettre leurs messages.
Cette « Route des abolitions de l’esclavage et des Droits de l’Homme » nous invite à reprendre le flambeau et à poursuivre leurs combats.

Plus d’infos: http://www.abolitions.org/index.php?IdPage=abolitions (source)

Little Africa remercie sincèrement Monsieur Pichot pour son accueil et la confiance dont il a fait part à notre égard.