Né le 17 avril 1977, Lomé (Togo), l’artiste Kossi Aguessy vit et travaille entre Londres et Toulouse. Artiste peintre, designer et sculpteur à la fois, son profil pourrait étonner mais il est simplement à l’image de ces grands artistes qui savent exceller dans plusieurs domaines. Kossi Aguessy est mis sous le feu des projecteurs en 2008 avec sa Useless Tool, une chaise fabriquée en utilisant des techniques d’avions militaires, présentée durant l’exposition Please do not sit à Paris. Du haut de ses 1m94, la vision du monde de l’artiste est unique. Il nous donne à voir une version non pas contemporaine mais futuriste de la tradition esthétique de l’art et des matériaux classiques.

Rencontré à Paris lors de ses rares escales sur la capitale, Kossi Aguessy nous a livré un peu de son histoire dans une interview.


Bonjour Kossi Aguessy, petite présentation pour nos lecteurs ?

Kossi Aguessy. Humain, de la planète terre, 194 cm 74 Kg, Artiste (et beaucoup plus)

 

Des interviews sur toi sont rares, surtout en français d’ailleurs… Comment expliques-tu cela ?

Cela peut s’expliquer par le genre de réponses à la première question, vous ne pensez pas ?

Sérieusement, je n’ai pas réellement essayé de trouver réponse à cette équation, puisque pour moi ce n’est évidemment pas un problème, plutôt une volonté. Nous vivons une ère de sur-communication qui peut devenir vite écœurante (de mon avis en tout cas). La moindre cuillère faite par Mr X ou Mme Y donne lieu à des interviews en long et en large, des photos par feeds entiers et des superlatifs plus lassants que supers. Je vis une ère où le « faire savoir » et le « faire voir » prime sur le « faire », où la communication est devenue un but en soi.

Mon but n’est pas que l’on écrive sur moi, mais que cela se fasse pour des raisons plus solides que le fait que je fasse une flatulence le lundi matin ou la couverture d’un magazine dont je connais le rédacteur en chef le Mercredi. Je considère que mes colocataires terriens ont bien assez pour occuper leurs journées pour qu’on leur fiche la paix en me taisant quand je n’ai rien d’autre à dire que « regardez comme je suis formidable » à leur servir. En bref, et s’il fallait expliquer : je refuse la plupart des interviews ou met tellement de temps à accepter que j’en épuise les intervieweurs.

Quant au Français, ce n’est pas tant la langue que les médias qui me gênent. Disons que servir de validation des clichés n’est en aucun cas un exercice qui me fait danser frénétiquement un coupé-décalé de joie. Et que dans ce cas, c’est moins drôle pour une majorité de médias français qui n’ont pas envie de sortir de ces schémas.

Encore une fois je décline tout simplement les invitations.

Pour finir, je n’ai pas un besoin compulsif d’un miroir médiatique dans lequel me refléter pour savoir que j’existe. Je suis, je reste et j’en ai une conscience aiguisée. Mon propos est plus pérenne qu’un quelconque polissage d’égo instantané. D’autres excellent en la matière et dans ce cas ci, je préfère leur laisser ma place. Par contre si le dialogue est constructif et justifié. Je suis présent, la preuve ;

 

Tantôt designer, architecte, artiste. Tu touches à tout ! Mais finalement ne restes-tu pas un Artiste avec un grand « A » ? Eclaire nous s’il te plaît une bonne fois pour toute !

Ah oui mais c’est une question tronquée car pour moi le « tantôt » n’existe pas. Oui avec certitude, je suis un artiste avec un A – grand évidement, 194 cm d’altitude pour un humain, ce n’est pas petit. Et je suis polymorphe. Ce qui ne veut pas dire que c’est le champ de bataille en permanence, au contraire, je suis quelqu’un d’une minutieuse organisation. Rappelez-vous à chaque fois que vous allez au Louvre voir La Joconde que l’autre grand type d’ 1m94 qui l’a peint était parallèlement philosophe, ingénieur, poète, designer, architecte, inventeur et que c’est la figure artistique de référence sur terre. Donc ma polymorphie ne devrait même pas soulever polémique. 

 

Il semblerait que tu sois un surdoué (le bac à 13 ans et ton QI n’est pas loin de celui de Einstein) Tu caches bien ton jeu… mais encore ?

Il paraît que la nature fait parfois des bizarreries loin d’être aussi bizarres qu’elles n’y paraissent.

Je suis effectivement HP (haut potentiel) ou hyper Actif cognitif ou surdoué selon la terminologie. Mais contrairement aux nombreux génies génialement auto « génisés » à la Napoléon Bonaparte, ce fait n’est ni une « fierté » ni une « réjouissance » . Au quotidien, c’est même assez insupportable. La majorité d’entre nous arrive à se déconnecter, à mettre son cerveau sur Off. Quand l’on est HP c’est quasi impossible, l’on scanne, traite, digère en permanence une quantité colossale de données. Comme un ultra-processeur.

En fait quand l’on a toujours eu une existence un peu à la Lucie de Luc Besson (sans les joies des effets spéciaux), on finit par rêver d’une chose, être comme tout le monde. La plupart des HP le cachent d’ailleurs, et beaucoup sont en échec professionnel par inadaptation à l’environnement « normal » ou justement par souci de ne surtout pas être « la bête de foire différente ».

A part ça oui, honnêtement, c’est grisant de réfléchir beaucoup plus vite que la normale, cela ouvre des horizons très larges malgré la petite isolation sociale que cela peut créer.

D’un autre côté, Haut Potentiel ou non, un humain est humain avant tout, c’est à dire un être singulier qui échappe à un moment ou l’autre à ces catégorisations.

 

Ca va là-haut sinon, dans ton monde ? 🙂

Oui. Sans hésitation, massivement oui, à part quand je regarde les actualités. 🙂

 

Ton travail est empreint d’un certain désordre ordonné et diaboliquement élégant. Tu n’es quand même pas un artiste torturé ?

Je dirai d’abord que le lien entre la mathématique de l’aléatoire et la torture me semble un peut tiré par les cheveux. Et parlant de cheveux, je rebondis, il nous suffit de regarder l’implantation des nôtres pour comprendre ce principe que je nomme la mathématique de l’aléatoire.

Derrière une apparente pousse « désordonnée » existe un plan mathématiquement imparable selon lequel ceux-ci sont alignés.

L’univers entier, (du moins ce que nous en connaissons) obéit à cette règle. C’est ce que nous humains appelons Nature, ce dont nous faisons nous même partie, et que je crois simplement être l’ordre des choses, une continuité entre le spontané et le réfléchi, et en aucun cas une opposition. Il n’est donc pas étonnant que faisant partie moi-même de ce processus, j’en arrive à l’appliquer. Je ne me pose pas la question, cela vient tout naturellement. Le résultat le plus visible est cette élégance dont vous parlez. Je ne l’ai jamais analysée, pour moi c’est le résultat d’un processus, d’un mode de pensée, d’une philosophie, d’une vision de la vie extrêmement connectée à ce que nous sommes, à ce dont nous faisons partie.

Pour résumer, et pour en revenir à la question, au lieu de l’opposition désordre versus ordre, big bang versus silence, je préfère le mot équilibre, la recherche de cet équilibre est effectivement partie de mon écriture.

Et pour ce qui est de savoir si artiste torturé ou non, j’en reviens à cette notion d’équilibre. Je n’ai jamais cru en la linéarité des personnalités. Chaque être est une complexité, un équilibre entre l’ombre et la lumière, l’une sans l’autre étant inexistante à nos yeux.

Et puis pour qu’il y est des torturés, il faut des tortionaires. J’avoue volontiers que parfois regarder nos mécanismes de fonctionnement social, certains de nos actes et gestes, être confronté à certains de nos propres modes de pensées est une torture morale pour moi.

 

Bon, entrons dans le vif du sujet qui nous amène ici, les masques. Racontes-nous un peu ta petite histoire avec les masques. Nous on les aime anciens, tribaux puisque nous venons de les découvrir et d’en comprendre le sens.

Je ne savais pas que nous y étions pour les masques 🙂 Mais soit

Ma petite histoire avec les masques est somme toute très banale :

Le fait est que sachant ce que dans les cultures africaines ce que ces objets représentent, cela m’a toujours dérangé de les voir dans les musées occidentaux. Je m’explique, dans les civilisations chrétiennes par exemple, les reliquaires et autres objets de cultes de par leur caractère sacré sont conservés dans des sanctuaires. Or, ces reliquaires animistes que sont les masques antiques africains sont dispersés au gré des musées de l’hémisphère Nord, et l’on va les contempler comme s’il s’agissait de simple objets décoratifs.

Que l’on y croit ou pas, j’ai toujours pensé et pense que ces reliques n’ont rien à faire là où ils sont exhibés et que la charge spirituelle qu’elles ont, que ce soit comme réceptacles des esprits de défunts, comme instruments de communication avec les esprits, ou comme fétiches, doit être respectée comme l’est celle véhiculée par les reliquaires du fond des entrailles du Vatican.

Ce respect je l’ai pour ces objets sacrés, je n’aurai jamais l’idée d’accrocher sur mes murs l’un de de ces reliquaires, d’un autre coté, j’ai conscience que ces travaux sculpturaux sont inscrits dans l’imaginaire africain contemporain hérité des colonisations, il suffit de voir sur les marchés aux touristes d’Abidjan à Douala pour s’en rendre compte. Esthétiquement, et de manière synthétique, je me suis très tôt essayé à cet exercice de sculpture particulière qu’est le masque.

Le résultat en est le couple Zoo Loo qui sont avant tout donc des sculptures. 

 

Tes masques « Zoo et Loo » sont élégants, apaisants, colorés, sexy et rafraîchissants ! Y as-tu apporté uniquement une fonction esthétique où sont-ils pourvus de sens ?

Merci, 🙂 Après une telle liste d’adjectifs, je sens que ma réponse paraîtra bien fade.

Pour en revenir à la question, bien sur qu’au delà de l’exercice esthétique, ces œuvres, car il y en a deux, un masque féminin et un autre masculin, sont pourvues de sens, et même si ce ne sont pas des objets de cultes comme les masques anciens sont, ceux la aussi ont leur signifié.

D’abord politique. Avez vous remarqué à quel point l’anonymat marque les antiquités africaines ? L’on parle d’art tribal (ou premier pour le politiquement correct), l’on y associe des tribus des zones géographiques, des populations, mais jamais d’individus. Tout se passe comme si ces objets étaient des œuvres collectives, or, même si L’artiste au sens occidental du mot n’existait pas dans ces tribus, ces œuvres rituelles étaient le fait de personnes (souvent et guérisseur et shaman et artiste) identifiées, respectées, reconnues, seules habilitées à les matérialiser.

A travers ce que je faisais je voulais redonner un nom, un visage, une signature à ce symbole. Les ZOO-LOO sont des œuvres miennes. Ce couple est ma vision très personnelle du masque, comme les variations que pouvaient avoir les masques rituels Fang, Ibo, ou Akan selon qu’ils aient été sculptés par tel ou tel élu.

Puis je dois avouer que j’ai voulu aussi signifier un ras le bol du carcan dans lequel les arts africains sont souvent mis. Ce n’est à personne de définir ce que les esthétiques africaines devraient être.

Les africains doivent faire face à tout un tas de fantasmes auxquels ils servent d’écran tous les jours, ils finissent par lassitude ou facilité par matérialiser ces fantasmes. L’on en oublie encore une fois que l’on parle d’individus et que selon la sensibilité et l’univers de chacun de ces individus, une imagerie sera telle ou telle autre.

Ces masques sont et ne sont que ma vision, le produit de mon imaginaire et univers, ils sont ce qu’ils sont parce qu’ils reflètent exactement mon monde intérieur et ils sont évidemment partis d’un désir de mise en valeur de traditions séculaires.

Zoo et Loo sont de Kossi Aguessy, et non des « masques africains revisités ». D’autres artistes verront surement aujourd’hui quelque intérêt à explorer ce medium.

Il y a eu comme je m’y attendais un amalgame médiatique entre l’Afrique et ma personne à propos de ces œuvres, et j’aimerai ici faire cette mise au point, autant l’on n’aurait pu résumer la sculpture européenne à une œuvre de Rodin, autant résumer l’africaine à la vision d’un seul artiste me semble bien vain.

 

Tu as inventé une nouvelle forme de masques « africains », le sais-tu ? Les verrais-tu exposer à côté de masques anciens ?

Alors, pour ce qui est de l’invention, je trouve que c’est un bien grand mot. Disons que je joui de l’aura du premier qui à osé aboutir la démarche et la proposer.

Après même s’il est vrai qu’aujourd’hui je me rends compte par le biais du regard des autres que ces deux là sont considérés comme un « renouveau », pour moi, Zoo et Loo, une bonne fois pour toutes, sont des œuvres parmi celles que j’ai produites et celles qui viendront.

Je ne voudrais surtout pas être labélisé «celui qui fait des masques »

Quant à une exposition avec des reliques antiques, Grands Dieux non !!! Comme je vous l’expliquais plus tôt, primo, je considère que ces fétiches ne devraient même pas être « exposés », leur place est dans les sanctuaires de ces tribus et peuples, non dans des musées. Secundo, même si je n’avais pas cet avis-là, je pense que je n’oserai jamais exposer les cases que sont Zoo et Loo à coté des pyramides de Gizeh que représentent ces objets séculaires.

Par contre je serai ravi d’exposer une multitude de Zoo-Loo que d’autres artistes auraient retravaillés, histoire d’ouvrir un peu une fenêtre sur le futur.

 

Tu voyages beaucoup, trouves-tu du temps pour aller en Afrique, au Togo ? Penses-tu que y retourner pourrait inspirer ton travail d’une autre manière ? 

Mon retour vers l’Afrique s’amorce de nouveau aujourd’hui, même si j’estime n’avoir jamais quitté ce continent. Le lien spirituel que j’ai avec mes origines est au delà de tout. J’ai mis du temps à faire aussi la paix avec une histoire personnelle qui ne donnait pas envie d’être au quotidien de retour au Togo par exemple.

J’avouerai être plus attiré aujourd’hui par le Bénin que par le Togo.

Simple question d’accointances. J’ai essayé de répondre aux sollicitations togolaises il y a quelques années, cette tentative a donné la sculpture Monumental Failures. Mon sentiment est résumé dans le titre de l’œuvre. Je crois que tant que l’on n’aura pas une vraie maturité politique, de vraies visions à long terme au niveau des dirigeants plutôt que des actions sporadiques servant des intérêts immédiats et personnels, je serai incompatible avec les systèmes de gouvernance en Afrique, au Togo ou ailleurs, et ne compte pas faire le sacrifice de mes convictions pour quelque bain de foule que ce soit. Je suis lié, j’aime et respecte ce peuple. Le respect est aujourd’hui moins palpable pour ses dirigeants, qui au delà de discours abscons ne voient ni plus loin que leur nez, ni mieux que leur petit confort. Bref, quand on a une histoire personnelle comme la mienne, quand l’on a depuis tout enfant baigné dans ces considérations fatigantes, l’on devient intraitable, je le suis. Je le reste, j’entamerai donc une conversation avec les Togolais le jour où il y aura de vrais interlocuteurs en face. En attendant, je discute avec le restant de ce continent, et oui, je pense qu’un long séjour là bas ne pourrait que changer la structure de mon travail. 

 

Tu es surdoué, talentueux, intelligent, beau 🙂. Il y a comme une part de magie dans ton travail (magie que tu cultives très bien dans ta communication ! On peut te voir léviter tel un Aladin sur son tapis volant invisible). Est-ce tout cela qui fait la légende Aguessy ? 

  🙂 🙂 🙂 Je vois que c’est la foire aux compliments 🙂 🙂 🙂 

Je réfute tout en bloc, je suis non coupable votre honneur !!! 🙂

Plus sérieusement vous savez, je ne cultive que peu de choses au delà de mon citronnier, mes plants de tomates et quelques courgettes.

Par contre, je crois vraiment que j’ai une vision très précise de ce que mon travail et tout ce qui l’entoure devrait être, j’y travaille. L’on peut qualifier cette vision de magique, cela ne me gêne pas, c’est assez flatteur en réalité. Si vous la considérez légendaire, alors nous ne sommes qu’aux prémisses de cette légende.

 

Si je te dis Little Africa tu penses à ? 🙂 

Little Is The Anti-Thesis of Africa.

 

Tes prochaines actualités / projets ?

Quelques petites surprises pour cette fin d’année et la légende sur au moins un chapitre entier pour l’année prochaine 🙂 

 

Merci !

Merci à vous

 

PROGRAMME ARTISTE

20 Novembre : Entrée du KOSS Tidy dans les collections permanentes du MAD Museum, New York
30 Novembre : Opening du Musée Récade à Cotonou, Bénin

3 au 6 Décembre : AKAA Art Fair, Paris
3 au 6 Décembre : ART BASEL, Miami

 

PROGRAMME MARQUE

Dernière semaine de Novembre : Lancement de la collection de fin d’année ‘’Pinksmas’’

3-6 Décembre : AKAA Art Fair, Paris

2016 : Exposition Museum Of African Design, Johannesburg, Afrique du Sud

 

LIENS

Artiste

Facebook : https://www.facebook.com/KOSSIAGUESSYOFFICIAL

Twitter : @kossiaguessy

Instagram : @kossiaguessy

Marque

Facebook : https://www.facebook.com/AguessyLabel

Twitter : @aguessylifestyle

Instagram : @aguessylifestyle

Crédits Photos:

“Kossi Aguessy”/Photo by Bart Heller – “MONUMENTAL FAILURES Sculpture” /Photo by Thomas Crougon – “ZOO Mask”/Photo by Stephane Giner – “LOO Mask” /Photo by Stephane Giner – “THE GOLDRATT THEORY III Sculpture”/ Photo by François Ayme – “USELESS TOOL Chaise”/ Photo by Masaki Okumura – “CUPERTINO”/Photo by Thomas Crougon – “L447 Lampe de Table”/Photo by Youssef Eskandar Nabil – “KOSS Corbeille à fruits pour AGUESSY™”/ Photo by Stephane Giner – “I DOLL n°2 The Sun”/ Photo by Thomas Crougon –  “LEO DE MEDIO RUBI. Twice Half A Sister”/ Photo by Stephane Giner – “LEO DE MEDIO RUBI. Selfie Of A Finger”/ Photo by Stephane Giner – “DAMN Chaise”/ Photo by Kossi Aguessy

Jacqueline NGO MPII