« Hip-Hop eh, oh, eh oh, eh, oh, eh, oh » * (Hip-Hop Hooray by Naughty by nature)

Voilà l’ambiance avec laquelle on ressort de l’exposition Hip-Hop, du Bronx aux rues Arabes, à l’Institut du Monde Arabe. Une exposition coordonnée par Akhenaton, une des figures phare du groupe de Hip-Hop français IAM.

L’exposition est tout simplement sensationnelle! Génération 1980/90, comprendront. Une plongée au cœur de ces années folles, au cœur de la culture urbaine. Mouvement né au USA dans les années 1970, au cours d’une fête du South Bronx à New-York, le Hip-Hop est arrivé en France dans les années 1980 et s’est très vite propagé dans la capitale parisienne via les écrans de chaines TV comme TF1, MTV ou M6. Le Hip-Hop est avant tout une révolution culturelle, celle de la musique, d’une façon de s’habiller, de s’exprimer, de parler, de danser et même dans les arts plastiques, un nouvel esthétisme. Il prend racine dans des quartiers populaires où la jeunesse est en proie au désarroi. En France lorsqu’il arrive, le climat économique et social est en difficulté et une crise identitaire s’installe accompagnée par des émeutes (1994 à 2003). Les jeunes vont prendre ce nouvel outil pour pouvoir exprimer à leur tour les phénomènes de leur société : racisme, chômage, discrimination. Bien sûr, l’exposition nous présente une affiche du film La Haine, avec Vincent Cassel sortie en 1995, qui est d’une rare vérité.

Le Hip-Hop, est une culture où des jeunes prennent la parole pour s’exprimer à travers des textes crus qui interpellent. Ils innovent dans leur façon de s’habiller et se débrouillent bien souvent dans la rue, un espace public libre d’expression. Une culture mainstream et urbaine qui en fait son succès grandissant à travers le monde.

Du Bronx aux rues Arabes

Une immense fresque géographique dans la première salle, nous démontre le déploiement et la diffusion de ce mouvement depuis Paris, puis Marseille, ensuite le Maroc, l’Algérie et jusqu’au Liban. Ainsi, nous pouvons y apercevoir et écouter des sons musicaux et style vestimentaire adaptés dans les pays arabes. D’ailleurs, une tenue en Djellaba n’a pas manqué de nous faire penser au sketch de Dycosh sur la SAPE où un des comédiens (Farid Potter mais retenez Narguilé Mignon), porte un style vestimentaire de même type. 🙂

Une exposition dynamique

Quoi de plus simple que de swinguer et bouger son popotin à l’écoute de ces sons et groupes musicaux qui nous ont fait tant vibrer : MC Solar, IAM, Doc Gyneco, Missy Elliot, Notorious BIG, 2 pac, Missy Elliot, Afrikaa Bambataa, Fugees, la liste est longue… Une salle est entièrement dédiée au DJ’s, et y sont exposées des platines de DJ’s.

Coup de coeur !

Coup de coeur pour l’exposition de Vinyls sur les murs ! Par deux fois, nous sommes pris d’émotions et de nostalgie qu’on en aurait presque envie de jeter son MP4 et arracher tout de suite un de ces Vinyls couleur bronze. Autre coup de cœur, dès l’entrée de l’exposition, cette cascade de postes Radio/Cassettes ornés de Graffitis très punchy. Des instruments devenus vintages mais qui pourtant reviennent au goût du jour voire même des collectors ! Please give me one !

Sneakers, Graffitis, Break dance, Battle, vidéos, cassettes, tout est mis en œuvre pour vous immerger dans une ambiance urbaine. Et pour ça on dit Bravo et saluons le talent du directeur artistique, Akhenaton.

 

Plus d’infos:

A découvrir jusqu’au 26 juillet 2015.

www.imarabe.org