Capture d’écran 2017-06-06 à 11.01.52      Le temps d’un été, dans le village de La Gacilly, les jardins, les venelles et les murs des habitations se transforment en galeries photographiques dédiées à l’art passant.Après le Japon en 2016, le Festival souhaite rendre hommage à la photographie africaine subsaharienne. L’édition 2017 mettra en lumière une seconde thématique : la relation entre l’Homme et l’animal, en résonance avec les questionnements éthiques actuels.

 Le photographe occidental représente souvent l’Afrique sub-saharienne comme le continent de tous les malheurs, celui des guerres intestines, celui des famines et de la malnutrition, celui des maladies qui déciment des populations entières. Ou, au contraire, mais dans une même image d’Epinal, il va magnifier une Afrique millénaire dans des livres sur papier glacé, celle des grands espaces, des ethnies ou de la faune sauvage. C’est une autre réalité que traduisent les photographes africains et que nous voulons exposer. Ce qu’ils entendent révéler, c’est leur propre vision du monde et leur appartenance à ce dernier. Loin des clichés de l’exotisme et de la grandiloquence occidentale, ils montrent des visages lumineux, des évasions poétiques, des moments de vie saisis au fil des rues, ils s’affranchissent des chemins artistiques balisés, ils se veulent lucides sur la destinée de leurs peuples, ils s’affirment désormais comme les défricheurs d’une nouvelle photographie qui stimule les acteurs du marché de l’art, les galeristes, les collectionneurs et les mécènes.

Vous retrouverez les oeuvres de photographes comme Mama Casset, Seydou Keïta ou encore Malick Sidibé mais également des acteurs de la nouvelle scène artistique comme Omar Victor Diop ou Aïda Muluneh.

Festival photo la Gacilly , du 3 Juin au 30 Septembre 2017. Plus d’informations :http://www.festivalphoto-lagacilly.com/