photo (6)

Face à l’augmentation du nombre de personnes réfugiées et/ou déplacées dans le monde, à l’allongement de la durée de leur exil ainsi qu’au manque de ressources des pays d’accueil, Design for Peace souhaite faire de l’artisanat un levier d’insertion socio-économique des populations réfugiées dans leur pays d’accueil.

DFP1

Pour ce faire, Design for Peace a organisé des rencontres artistiques entre designers internationaux, artisans locaux et artisans réfugiés, dans le but de faire émerger des collections interculturelles et innovantes et de faire rayonner à l’international les talents de designers européens et la renommée de prestigieuses écoles d’art parisiennes autour d’un projet liant créativité et solidarité. Design for Peace espère ainsi amorcer une transition entre l’aide d’urgence apportée aux populations réfugiées nouvellement déplacées et la mise en place de projets de développement économique ciblant, à terme, leur autonomie.

DFP5

En effet, après le Niger et la Mauritanie, le Burkina Faso accueille, depuis 2012, le plus de réfugiés fuyant le conflit en cours au Mali. Parmi ces réfugiés, les populations Touaregs sont les plus représentées. Communautés d’éleveurs, ils sont aussi nombreux, hommes et femmes, à pratiquer, en activité principale ou secondaire, un artisanat. Ils travaillent le cuir, le bois, la vannerie, le tissage ou encore la forge. Les artisans souffrent d’une absence de fond de roulement pour investir dans des matières premières de qualité. Ils éprouvent de grandes difficultés à écouler leurs produits et à accéder à des circuits de distribution, en particulier dans les secteurs plus haut de gamme de la Mode et de la Décoration, à l’échelle régionale et internationale. Le marché touristique, principale source de revenus de ces artisans, reste saisonnier et est aujourd’hui en déclin. Il ne permet pas à ces derniers de dégager des revenus suffisants pour vivre dignement.

DFP4

Pour promouvoir l’autonomie des réfugiés maliens en situation d’exil prolongé, Afrika Tiss a lancé à l’été 2015, en collaboration avec le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR), un programme de renforcement des capacités de production de groupements d’artisans locaux et réfugiés au Burkina Faso. Le projet Design for Peace né de cette volonté, consiste à proposer à des artisans locaux et réfugiés une collaboration avec des designers parisiens, afin d’expérimenter de nouvelles techniques et de mettre au point une collection capsule valorisant et croisant différents savoir-faire. Cette rencontre se donne pour objectif de faire émerger des créations multiculturelles et innovantes, qui tiennent en même temps compte des exigences et des standards du marché international. Un programme global de formations et d’accompagnement est aussi proposé aux artisans réfugiés et locaux afin de renforcer leurs capacités de production et de commercialisation, et d’améliorer leur insertion socio-économique. La résidence artistique qui réunira 6 designers, encore étudiants ou déjà expérimentés, et 17 artisans réfugiés et locaux se déroulera courant 2016 à Ouagadougou. Les artisans impliqués sont destinés à devenir formateurs afin de transmettre à d’autres artisans les techniques et les exigences nécessaires à la reproduction qualitative des prototypes mis au point durant la résidence. à terme, Design for Peace prévoit d’impliquer plus de 200 artisans réfugiés et locaux dans ce processus de production amélioré devant leur permettre d’accéder à des marchés plus haut de gamme, à l’échelle locale, sous-régionale et internationale.

DFP2

Transhumance est l’aboutissement d’une résidence artistique ayant réuni 17 artisans réfugiés touareg et 6 jeunes designers issus des grandes écoles parisiennes d’art appliqué (ENSCI-Les Ateliers, Boulle, Duperré), à Ouagadougou, au Burkina Faso, entre mars et avril 2016. Cette première collection sera présentée à la galerie Made in Town du 20 mai au 23 juillet 2016. Il s’agit d’une passerelle entre deux univers esthétiques : l’héritage artistique touareg et la jeune création parisienne. Transhumance, thématique choisie pour cette première édition, est un hommage aux populations Touareg et leur expérience du nomadisme, ainsi qu’aux objets qui les accompagnent lors de leurs itinérances. Les pièces de cette collection, tant par leurs fonctionnalités, leurs formes, que leurs matériaux font écho à des expériences vécues de transhumance saharienne, relatées par les artisans, et font ainsi le lien entre deux modes de vie, nomade et sédentaire. La collection, composée d’accessoires de mode et d’objets de décoration, présente une quinzaine de pièces en cuir, bois, métal, fibres végétales qui seront d’abord exposées à Paris.  

DFP3

Lieu:

Paris
Galerie Made in Town, 58 Rue du Vertbois, 75003 Paris
du 20 mai au 23 juillet 2016,
Ouagadougou à l’Institut français du 3 juin au 10 juillet.