Nouveau rendez-vous artistique sur la ville lumière,AKAA – Also Known As Africa, première édition en France d’une foire annuelle internationale d’art contemporain et de design à Paris centrée sur l’Afrique.

AKAA – Also Known As Africa revendique une Afrique sans frontières, un territoire en mouvement, un continent qui échappe à une seule définition. AKAA célèbre l’énergie créative de l’Afrique et représente dans sa ligne éditoriale la richesse et la diversité de l’art contemporain et du design. Elle mettra à l’honneur les artistes vivant et travaillant dans toute l’Afrique, ceux qui vivent sur d’autres continents, les artistes issus des diasporas ou encore ceux qui traduisent dans leur travail leur relation avec l’Afrique. Excellent !

 

QUI SE CACHE DERRIERE CET EVENEMENT ?

Victoria Mann, jeune entrepreneuse franco-américaine, fondatrice de la manifestation, s’est entourée d’une équipe internationale pour la programmation de cette édition inaugurale :

– Le comité de sélection composé des galeristes parisiens Robert Vallois et Dominique Fiat, de N’Goné Fall (Sénégal, critique d’art) et d’Azu Nwagbogu (Nigeria, directeur de LagosPhoto Festival).

– Les deux co-directeurs artistiques, Salimata Diop (Londres), commissaire d’exposition et conseillère de collection et Timothée Chaillou (Paris), commissaire d’exposition et critique d’art, tous deux responsables de la programmation culturelle.

– Deux commissaires invités pour l’exposition design, Aaron Kohn (Afrique du Sud, directeur du Museum of African Design à Johanesbourg MOAD) et Hicham Lahlou (Maroc, designer, créateur du Festival Africa Design Days).

 

PROGRAMMATION CULTURELLE

En plus d’une sélection de galerie de qualité, AKAA a pensé une programmation culturelle qui comprendra un espace d’exposition design, ainsi qu’un espace en collaboration avec IFAA International et un avec Eiffage Gabon.

Il fut un temps où il était peut être inhabituel pour un designer africain de travailler sur la scène internationale. Aujourd’hui les collectionneurs intègrent le travail de designers africains à leur collection de pièces canoniques provenant de Milan, Paris, New York, Tokyo, Ce qui fut un temps présenté comme périphérique – perçu comme traditionnel ou artisanal – s’est développé pour devenir un domaine autonome et reconnu. Les designers africains ne suivent plus les tendances, ils les imposent.

Durant les dix dernières années, des designers africains ont été à l’initiative de certaines des installations, productions ou nouvelles idées les plus iconiques. Le designer ghanéen David Adjaye a rénové le Centre Nobel de la Paix de Oslo. Yinka Shonibare, artiste d’origine nigériane a présenté sa version du HMS Victory au Trafalgar Square. Les premières grandes expositions de design venues d’Afrique se sont tenues à New-York (2010) et Bilbao (2015) – combinant la pérennité de techniques traditionnelles comme Aboubakar Fofana et sa teinture indigo, et le développement de styles uniques, tel celui de Cheick Diallo dans ses pièces architecturales.

Le talent africain n’est plus fétichisé du fait de sa géographie mais est au contraire chéri pour ses ouvertures vers de nouvelles idées et de nouveaux marchés. L’apparition de nouvelles écoles et musées et de festivals de design d’Indaba (Capetown) à la Nairobi Design Week (Kenya), montre parfaitement l’intérêt croissant pour le continent. Des architectes ont imaginé des villes du futur (Koffi + Diabaté Group) et de nouveaux centres de design (MODILA TRUST). L’initiative du Président  des États-Unis Barack Obama envers les jeunes leaders du continent africain s’est principalement orientée vers cette jeunesse africaine, qui utilise le design pour proner des solutions africaines pour des problèmes africains. Les entreprises de design, limitant autrefois leur collaboration à des designers portant des noms à connotation italienne ou suédoise, travaillent aujourd’hui avec des designers comme Baloji, Aguessy et Seck.

Le design africain s’intègre à la scène internationale à une allure prometteuse et exaltante – bien que cela n’ai que trop tardé – et met en exergue les plus grands visionnaires du continent.

 

L’ESPACE LAGOSPHOTO

Identité en transition : Concevoir une image africaine à travers la musique.

L’Afrobeat est un genre de musique inventé par l’artiste internationalement reconnu Fela Kuti. Son héritage transcende la musique et traverse la mode, l’identité, la politique, les idéologies post-coloniales et l’opposition radicale à l’autorité. Son héritage est évident dans le hip-hop contemporain, appelé de façon erronée Afrobeats. Ce style musical est probablement la plus grande exportation nigériane – du moins sur le continent africain. L’exposition explorera le portrait et le design à travers les couvertures d’albums hautement stylisées créées pour promouvoir l’image et modeler l’identité des musiciens nigérians contemporains.

 

EIFFAGE GABON

Cet espace présentera un solo show de l’artiste Gabonaise Nathalie Bikoro pour représenter la création contemporaine gabonaise. Les oeuvres seront prêtées par la Galerie Ed Cross. La direction artistique est assurée par Salimata Diop en collaboration avec Ed Cross.

 

RENDEZ-VOUS du 11 au 13 novembre 2016 au Carreau du Temple Paris, 4 Rue Eugène Spuller, 75003 Paris

 

Plus d’infos: http://www.akaafair.com/