Amour, Courage, Traditions et Modernité

Adama, c’est l’histoire incroyable d’un garçon de 12 ans qui vit dans un village isolé d’Afrique de l’Ouest.

Une nuit, Samba, son frère aîné disparait. On suit tout au long du film, les aventures d’ Adama qui a décidé de braver tous les interdits pour partir à la recherche de son frère. Mais finalement, ce n’est pas là le point que souhaite nous faire voir et comprendre le réalisateur Simon Rouby.

Adama est un film d’Amour, l’amour fraternel entre autre mais aussi envers son prochain, l’attachement à ses racines… C’est un film où le courage est très mis en avant, on est d’ailleurs fasciné par la détermination d’Adama qui à aucun moment ne perd espoir de retrouver son frère.

Cependant, il convient de souligner pourquoi Samba le grand frère s’est enfui du village. Les Nassaras (« étrangers » en Moré, une langue du Burkina Faso), de l’or, la gloire?

Samba, à l’aube de ses 16 ans/18 ans doit accomplir son initiation selon la tradition devant tout le village. On assiste à l’exécution d’une magnifique danse du masque ce jour là et puis soudain, celle-ci est interrompue par un mauvais présage. L’Albatros, cet oiseau de mer annonce la présence des Nassaras. Et on y croit tous à ce mauvais présage!

Et pourtant, nous comprenons bien plus loin que ce n’était que le début de  l’initiation de Samba mais aussi  d’Adama. Les deux garçons vont en ressortir grandi, depuis les navires des côtes africaines jusqu’aux lignes de front de la Première Guerre mondiale en France, à Verdun.

Un Hommage, Une Mémoire

Dans ce film, nous découvrons le périple et la désillusion des tirailleurs sénégalais venus soutenir la France pendant cette guerre. Nous sommes emportés par l’histoire de ces hommes partis pour la gloire, pour le rêve, le Monde des Souffles. Ils y croient et  ils ont foi, même devant la mort.

Pourtant nous sommes en droit de nous demander s’ils  n’ont pas manqués leur initiation, peut-être l’ont-ils oubliée comme le suggère le Sage fou  « De toutes les nations, vous venez adorer une statue d’or et d’argent. Et quand elle s’effondrera, elle vous entrainera tous dans la fournaise…Sauf ceux qui n’auront pas oublié, l’endroit d’où ils viennent ». Les soldats survivants seraient-ce ceux qui n’ont pas oublié leurs terres? Ou encore seraient-ce ceux qui ont été guidés vers le chemin de la vie par un sage sorti de nulle part? Dans ce conte qui se situe en Afrique où les croyances et traditions spirituelles sont très fortes, nous pouvons tout imaginer. Cette phrase du sage retentit dans nos têtes et pose une fois de plus la réflexion sur la Tradition et la modernité. Une thématique forte à laquelle devra faire face l’Afrique et en particularité sa jeunesse.

Une musique, un cinéma hybride

Tout au long du film, nous sommes emportés par les chants lyriques d’Afrique de l’Ouest: flûte traversière peule, le Kalimba.  Mais il y a aussi une volonté de tirer le dialogue entre l’Afrique et l’Europe. Que faire des grands styles de musique moderne issus de la rencontre entre Afrique et Occident que sont le jazz, Le Blues, le Hip-Hop…Autant de questions survenus pendant la réalisation de ce film.

D’ailleurs, avez-vous reconnu cette voix grave et ombrageuse d’Oxmo Puccino ? Il prête sa voix à l’un des personnages (Djo) et interprète les chansons du film dont « Au-delà des falaises » d’Oxmo Puccino et Pablo Pico.

Le film Adama est un film français, européen ou africain. Son identité artistique hybride apporte cette dimension insaisissable à ce film séduisant qui plaira tant aux enfants qu’aux adultes.

SORTIE EN SALLE LE 21 OCTOBRE 2015

Plus d’infos: https://www.facebook.com/adama.lefilm